L'Arménie Ancienne
You are in:  Home > Art > Dossier: Arménie Ancienne   •  Archives   •  send page to a friend

L'Arménie Ancienne,
Le Chaînon Manquant de L'Antiquité
par Claude Rilly

NANTES - "Une tache blanche sur la carte archéologique du monde", c'est ainsi que Jacques Santro, conservateur du Musée Dobrée, définit l'Arménie antique. Et pour contribuer à la connaissance de cette page méconnue mais cruciale de l'histoire de l'Humanité, le musée nantais propose jusqu'au 15 septembre une exposition intitulée: "Arménie: des origines au IV siècle." Dans l'ordre chronologique, 369 pièces y sont présentées qui pour la plupart n'avaient jamais quitté les musées d'Erevan ou de Gümri, et dont beaucoup proviennent de fouilles récentes. Des emprunts aux musées européens complètent cette collection prestigieuse où la splendeur de l'or et de l'argent voisine avec l'éclat des sardoines et des turquoises.

Retranchée sur les hauteurs du Caucase, entre Mer Noire et Caspienne, l'Arménie commande les lieux de passage obligé qui mènent d'Orient en Occident, et des steppes eurasiatiques au Proche-Orient. Aussi ne faut-il point s'étonner d'y retrouver les plus anciennes traces des progrès humains. La présence de l'homme dans le Caucase remonte à 1,5 million d'années, comme l'atteste un fossile d'Homo Erectus récemment découvert. La domestication des animaux (chèvres-moutons), la métallurgie (cuivre-bronze), l'observation des astres ont, semble-t-il, débuté dans cette région du globe.

Terre d'importance stratégique, terre riche grâce à son sous-sol et son élevage, l'Arménie a tôt été un creuset d'ethnies mêlées dès la plus haute antiquité. Après les chefferies mystérieuses de l'Age de Bronze (IIe millénaire av. J.C.), le premier grand état à s'y installer est l'Ourartou ou "royaume de Van" (500-600 a.v. J.C.) qui n'hésite pas à en découdre avec la redoutable Assyrie voisine. Lorsque cet empire s'effondre sous les coups des nomades des steppes, le pays tombe rapidement sous la coupe des Achéménides, les Perses des Darius et des Xerxès, et ne peut retrouver une relative indépendance qu'à la conquête d'Alexandre (330 av. J.C.). L'Arménie hellénistique des rois artaxiades, et notamment de Tigrane le Grand (95 -55 av. J.C.), est un royaume puissant et florissant, qui s'étend de la Caspienne à la Méditerranée. Au terme d'incessants conflits avec les voisins parthes et romains, une nouvelle dynastie s'impose, les Arsacides, qui mènera le pays vers la christianisation vers 301 ap. J.C. Premier état chrétien dans l'histoire, l'Arménie entre alors, dans une ère nouvelle et entame gentiment son Moyen-Age deux cents ans avant nous.

Occupée, décimée, écartelée, sinistrée, marginalisée, l'Arménie a la peau dure et la mémoire longue. En cette fin d'un XXe siècle qui fut pour elle un long calvaire, il est important que l'Europe reconnaisse la part de civilisation qu'elle doit à ce pays millénaire.
Le T.G.V. met Nantes aux portes de Paris: n'hésitez pas à sacrifier une journée pour visiter cette exposition d'importance nationale, la plus audacieuse qu'ait jamais organisé le Musée Dobrée.





Musée Dobrée
18 rue Voltaire
44000 Nantes
renseignements: (16) 40 71 03 50

Du 13 juin au 20 Octobre 1996, la Bibliothèque Nationale de France expose une partie de la collection prêtée à Nantes sur le thème:
"Arménie, entre l'Orient et l'Occident (VIIIe siècle av. J.C. XVIIIe siècle après J.C.)". Cette exposition complémentaire ouvre une perspective intéressante sur les échanges matériels, diplomatiques et culturels entre l'Occident et l'Arménie à travers les siècles.



If you value this page, please tell a friend or join our mailing list.



Copyright © 1996-2000 Culturekiosque Publications, Ltd. All rights reserved.