Dance: Exhibitions
You are in:  Home > Dance > Exhibitions   •  Archives   •  send page to a friend

Un hommage parisien à Rudolf Noureev

Par Patricia Boccadoro

ARIS, 23 May 1997 - Après une belle exposition originale, "L'Universe di Nureyev", au Centre Artistique Trussardi à Milan, c'est au tour du Musée Carnavalet à Paris de présenter "Rudolf Noureev-Une étoile à Paris", une exposition basée sur la collection rassemblée à la mort de l'artiste par la Fondation Noureev (créée pour soutenir les jeunes danseurs et la recherche médicale).

L'exposition au Carnavalet, un élégant hôtel particulier du 17e siècle situé en plein coeur du Marais, ne se veut en aucun cas une biographie de Noureev. "Nous avons simplement voulu créer une ambiance" me confie Jean-Marc Léri, le conservateur du musée. "C'est l'hommage des musées d'histoire de Paris à un très grand homme qui a beaucoup donné à notre ville, et qui au fond était très parisien".

Rudolf Noureev, le plus célèbre danseur de tous les temps, s'est réfugié à Paris en Juin 1961; dans les années 80, il prit en main la destinée de l'Opéra de Paris en tant que directeur artistique. Son histoire d'amour avec la ville aura duré 30 ans, jusqu'à sa mort le 6 janvier 1993; il est enterré au petit cimetière russe de Sainte-Genevieve-des-Bois, vingt kilomètres au sud de Paris.

Le jeune décorateur Pascal Payeur a cherché à évoquer une atmosphère non seulement avec des costumes de scène, mais aussi avec un choix de photographies (il y en a 230 dont de nombreuses inédites), des programmes et des affiches ainsi que des oeuvres d'art amassés par Noureev lui même: gravures, meubles russes, peintures, et des superbes costumes du 18eme siècle.

"Nous avons voulu évoquer Noureev le danseur, le chorégraphe, l'amateur d'art et le musicien", explique Mr Léri, "et nous sommes particulièrement heureux de présenter sa collection de partitions annotées, non seulement de ballets mais aussi d'oeuvres de Bach, Brahms et Beethoven, ainsi que ses instruments de musique".

Noureev était un musicien accompli, ce qui explique en partie la perfection de sa danse et son souhait de diriger ses ballets ...depuis la fosse d'orchestre.

Le coeur de l'exposition est un film de 35 minutes montrant des extraits de La Belle au bois dormant (Paris 1961), le pas-de-deux du Corsaire avec Margot Fonteyn (avec le Royal Ballet-1964) et Le Jeune Homme et la Mort avec Zizi Jeanmaire (1965), particulièrement intéressant pour tous ceux qui n'ont pas eu la chance de le voir danser jeune.

A la fin de l'exposition, le 27 juillet, le Carnavalet qui dispose déjà de pièces réservées à Marcel Proust et Anna de Noailles, ouvrira un "lieu de mémoire" permanent avec une partie des objets présentés. Le reste de la collection: films, archives personnelles, livres anciens, photos et autres documents devraient être repris par la Bibliothèque Nationale ou le futur Centre National de la Danse à Pantin près de Paris dans une exposition permanente. Quelques objets seront sans doute offerts à d'autres musées, peut-être à Moscou ou aux Etats Unis.

Marc Richter, secrétaire de la Fondation basée à Zurich, indique que plusieurs autres pays souhaitaient créer une exposition permanente des biens de Noureev; mais la Fondation a toujours pensé que Paris était la ville qu'il préférait parmi toutes. "Nous souhaitons aussi que sa collection unique de films sur la danse soit le plus accessible possible; Noureev insistait beaucoup pour que son travail soit disponible à tous".

"Mon seul regret", souligne André Larquié, Président du Cercle d'Amis et qui fut à l'origine du projet, "est que la Fondation n'aie pas pu acquérir plus d'objets, en particulier les bronzes; mais j'espère que la collection pourra être enrichie ultérieurement par des donations privées".

Peut-être l'exposition incitera-t-elle de nouveaux biographes à donner une image plus complète d'un homme aux multiples facettes, et qui fut un des plus grands artistes de notre temps.

It is also hoped that the exhibition will inspire young researchers to present a more complete picture of a many-sided man, one of the greatest artists of our time.

Musée Carnavalet 23, Rue de Sévigné 75003 Paris Du 30 avril au 27 juillet 1997 Ouvert tous les jours de 10h à 17h40 (sauf lundis et fêtes)

Photos : Par courtesy of Christie's


email to the editor | back to dance | back to culturekiosque

If you value this page, please tell a friend or join our mailing list.



Copyright © 1996 -1998 Culturekiosque Publications Ltd
All Rights Reserved